Pour faire face, s'adapter, imaginer.

Edito du 6 septembre

 

     Lourdes, août 2007. La pluie… La pluie souvent… La pluie presque toujours. Trois véritables douches au cours de la messe à la grotte. Et malgré tout, un très beau pèlerinage : des malades priants, des hospitaliers "maternels", des responsables capables sans cesse de faire face, de s'adapter, d'imaginer…

 

     "Faire face, s'adapter, imaginer" ? Je prie Marie pour qu'elle obtienne de son Fils cette grâce pour chacun, chacune de nous. A l'heure où j'écris ces lignes, cinq de nos frères prêtres chargés de paroisses sont gravement atteints dans leur santé. Plus que jamais, nous voyons par eux à quel point le trésor qu'est l'Évangile est porté par des vases d'argile fragile. Leurs collègues – il y a une vraie solidarité entre prêtres – se surchargent pour "faire face" dans l'urgence. Il nous faudra bien nous "adapter " et "imaginer".

 

§       Mais d'abord, lire et relire, dans la confiance indéfectible en Celui qui nous gagna la victoire sur la mort, à l'heure de son échec apparent, ces versets de Saint Paul : "A tout moment, nous subissons l'épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés ; nous sommes désorientés mais pas désemparés… ; nous sommes terrassés, mais non pas anéantis" (2 Co 4, 8). Que Jésus soit la source intarissable de notre espérance.

§       Mais aussi, tendre l'oreille aux appels imprévus et dérangeants qui nous seront lancés par ceux qui nous savent capables de répondre : dans la grâce de son baptême, chacun doit à la communauté le fruit de ses talents. L'Évangile est très clair sur ce point.

§       Enfin, non seulement prier pour les vocations. Mais aller plus loin : oser déranger, avec les mots de notre bouche, l'oreille trop fermée de celui ou de celle que l'on verrait bien répondre à l'appel de tout quitter pour le Christ ! Dépasser nos trop bonnes raisons de ne pas le faire, dans la certitude que le Christ appelle aujourd'hui tout autant que sur les bords du lac de Tibériade : mais qui osera répercuter ses appels, quitte à déranger les oreilles bouchées, les plans de carrière trop bien imaginés ?

 

     Je confie ces trois prières à Marie, aux veilles de cette année 2008 qui sera pour notre diocèse plus que jamais mariale, avec le "150ème" anniversaire des apparitions de Lourdes et les "1000 ans de fidélité" à Notre-Dame du Saint-Cordon : nous savons pouvoir tout confier à Marie, nos espérances les plus folles et nos épreuves les plus lourdes : qu'elle nous garde en sa foi !

 

 

 

X François GARNIER

Archevêque de Cambrai

 

Article publié par Secrétariat DIOCESAIN • Publié Jeudi 06 septembre 2007 • 3405 visites

keyboard_arrow_up