Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Lettre de notre archevêque

A tous les diocèsains de Cambrai

mgr_garnier_1 mgr_garnier_1  

 

La lettre de notre archevêque

 

 

 

 

à tous les diocésains de Cambrai

 

 

 

"Avance en eau profonde"

et "Va au large"

(Lc 5, 4)

 

 

 

 

1 –  Un appel fou

 

     "Avance en eau profonde et lâchez vos filets pour la pêche". C'est l'appel que le Christ lance d'abord à Simon-Pierre et puis, avec lui, à son frère André. Un appel qui peut leur paraître fou : ils ont tous deux "peiné toute la nuit sans rien prendre". Ils viennent de laver les filets qui n'ont servi à rien.

     On sait la suite : sur la Parole de Jésus, ils vont à nouveau jeter les filets. Des filets qui vont craquer sous le poids d'une quantité de poissons, au point qu'il faut appeler à la rescousse les associés de la barque voisine, Jacques et Jean.

 

     On sait la fin : le récit évangélique est sobre ; Simon-Pierre "tombe aux genoux de Jésus", stupéfait comme les trois autres… "Alors, ramenant leurs barques à terre et laissant tout, ils le suivirent". (Lc 5, 11).

     L'aventure apostolique commence, avec quatre disciples tout simples et fragiles, dont un seul est appelé au départ, Simon-Pierre. Son acte personnel de foi entraîne les autres à la suite du Christ.

 

2 –  Une aventure continue

 

     Depuis deux mille ans, l'Église n'avance en eau profonde qu'avec ceux et celles qui ont compris jusqu'à quel point le Christ leur faisait confiance, malgré leurs limites et leurs doutes. Elle avance malgré les persécutions, ses divisions et ses faiblesses. Elle n'a qu'une très bonne nouvelle à annoncer : par le Christ mort et ressuscité, elle sait que la vie de chacun est unique et précieuse, qu'elle vient de Dieu dès avant l'amour de ses parents et qu'elle est faite pour aller vers Dieu dans l'au-delà de sa mort. La vie sur terre est le temps qui nous est donné pour apprendre à vivre en ressuscités ! Il n'y a pas de temps à perdre.

3 –  Aller profond et aller loin

 

     "Avance en eau profonde" peut se traduire aussi par "va au large", nous le savons. Il s'agit, dans le même Souffle, d'aller profond dans la contemplation du Père et d'aller loin dans le service des frères. D'aller profond dans la foi à recevoir et d'aller loin dans la charité à vivre. D'aller profond dans la vie sacramentelle et d'aller loin dans la vie fraternelle. D'aller profond dans l'Eucharistie et d'aller loin dans le lavement des pieds.

     "Cette double traduction recouvre deux expériences inséparables : l'Église qui va aux sources de sa foi est en même temps l'Église qui accepte d'aller au large pour annoncer l'Évangile. Aujourd'hui, tout en faisant l'expérience de notre pauvreté, nous progressons effectivement dans l'expérience de l'évangélisation, en découvrant nous-mêmes la foi comme une Source et en n'hésitant plus à conduire d'autres personnes jusqu'à cette Source, là où elle est toujours offerte, dans l'Église sacrement du Christ et de sa vie". (Proposer la foi dans la société actuelle – Lettre des évêques aux catholiques de France – Cerf 1996 – page 82).

 

4 –  Filets pleins et filets vides

 

41.   Filets vides ?

Dans ce temps d'épreuves pour le monde et l'Église, nous risquons de ne voir que les filets vides.

Dans le monde ? Trop souvent le chacun pour soi, l'affaiblissement des solidarités, la peur de s'engager, la défense de ses seuls avantages, les inégalités grandissantes, les violences qui tuent, la fragilité des alliances, les contrefaçons de l'amour, la fascination de l'argent.

Dans l'Église ? Le petit nombre des séminaristes, l'effondrement numérique des prêtres, la fragilisation des communautés religieuses, le pourcentage parfois minime des pratiquants et de ceux et celles qui prennent à cœur d'évangéliser leur milieu de vie et de prendre leur part de charge dans l'Église. Et puis nos divisions ! Et ces mesquineries ridicules qui stérilisent souvent la fécondité de nos équipes !

Il y aurait de quoi oublier Celui qui, à l'heure de la Croix, a connu aussi l'épreuve des filets vides. Lui aussi a fait l'expérience de la longueur des nuits sans rien prendre. Lui aussi a dû souffrir de sa stérilité apparente. Il aurait pu désespérer et douter de son Père. Il est resté pourtant parfaitement fidèle.

 

42.   Et filets pleins ?

Le Seigneur est l'époux de l'Église. Il ne l'abandonne pas. On la croit moribonde, et elle ressuscite avec et par les saints et saintes d'aujourd'hui. Aujourd'hui encore, les signes de sa présence ne manquent pas à qui sait les voir. Comme évêque, je suis souvent le témoin privilégié de votre labeur apostolique ; je vois les fruits de ce que vous semez pour que l'Évangile soit mieux annoncé à tous les âges, les sacrements mieux célébrés et la foi traduite en vraie charité.

La catéchèse se renouvelle : elle s'adresse à tous les âges. Les sacrements s'offrent à tous : il n'est jamais trop tard pour être baptisé , pour être confirmé, et même pour être ordonné ! Les "équipes de partage" accueillent ceux et celles qui, sans elles, auraient bien de quoi désespérer. La pastorale des jeunes propose pour tous les âges des rassemblements où chacun peut découvrir qu'il n'est pas  le "dernier des Mohicans" et retrouver l'humble fierté d'être chrétien, la joie de croire et le courage de servir. Les formations de toutes sortes (bibliques, théologiques, spirituelles…) touchent des milliers de baptisés. On les retrouve dans les mouvements et les groupes de prières ; dans toutes les équipes que vous avez courageusement mises en place pour que les paroisses nouvelles soient vivantes et vivifiantes : équipes d'animation, conseils de paroisse ou de doyenné, conseils économiques, équipes-relais ! Toutes ne marchent pas très bien, il y a parfois des oppositions stériles ; mais toutes ont entendu les quatre appels : "Voyez comme ils s'aiment ! Voyez comme ils prient ! Voyez comme ils servent ! Voyez comme ils accueillent ! ". Toutes prennent des initiatives missionnaires !

Dire tout cela, c'est encore oublier l'essentiel : tout ce qui ne se voit pas, ne se calcule pas, ne fait pas parler de lui : les gestes quotidiens de l'amour offert, des pardons donnés, de l'espérance partagée, des visites aux malades et aux personnes seules. Je n'oublie pas non plus la pluie quotidienne des petits miracles que les baptisés réalisent sans s'en rendre compte dans la société : le service infiniment recommencé de la charité auprès de ceux et celles qui vivent aux limites du supportable ; le service infiniment recommencé de la justice par tous ceux et celles qui sont de tout cœur engagés dans la vie sociale, politique, économique et associative ; tout cela à cause de Jésus et de l'Évangile ! Tout cela pour mettre du Royaume dans le monde !

Je rends très souvent grâce à Dieu pour tout ce qu'Il sait faire en vous et par vous, avec les mots de Saint Paul, en les changeant un peu : "Regardez parmi vous, il n'y a pas beaucoup de savants, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de gens de haute naissance. Mais ce qu'il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre les sages ; ce qu'il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre la force ; ce qui dans le monde est sans naissance et ce que l'on méprise, voilà ce que Dieu a choisi". (D'après 1 Co 1, 27-28).

 

5 –  Dès le mois de septembre, 6 orientations pastorales, des objectifs concrets et des expériences à partager pour… "avancer en eau profonde et aller au large…"

 

     C'est en méditant cet appel du Christ, qu'avec le Conseil Épiscopal, je vous proposerai en septembre six orientations pastorales pour les années qui viennent. Il devenait nécessaire de nous les donner après tout le travail que nous avons fait entre 2001 et 2003 pour réorganiser les structures de nos paroisses et de nos doyennés. Il devenait nécessaire de nous les donner après


les deux années de prière et de réflexion (2003-2004) où plus de 5000 d'entre vous nous ont dit leurs souhaits pour aller "au cœur de la foi". Il devenait nécessaire de nous les donner après toutes les suggestions reçues des prêtres, diacres, religieux, religieuses et permanents laïcs il y a quelques mois (Pâques 2005).

     S'il ne s'agit pas d'un synode au sens canonique du terme, il s'agit bien d'une belle opération synodale : nous faisons belle route ensemble.

 

Les 6 orientations ?

 

     Elles nous seront confiées, dans le seul désir de mieux marcher ensemble dans la même direction, au même souffle de l'Esprit. Elles ne sont ni parfaites, ni complètes. Mais nous les croyons bonnes pour la traversée la plus heureuse des années qui viennent. Et la meilleure manière de les accueillir sera d'accorder la plus grande attention à celle(s) qui nous dérange(nt) le plus !

 

Le 8 janvier 2006 (notez dès maintenant la date), une belle rencontre de prière et de fête nous rassemblera (à peu près 10 membres de chaque paroisse, mouvement ou service) afin de recevoir de notre Unique Seigneur la mission qu'Il nous confie "d'aller profond et d'aller loin !".

 

 

       En toute confiance ! Dans la joie de croire et de servir avec vous notre "million d'hommes à aimer",

 

 

en la fête de St Pierre et St Paul – 29 juin 2005

 

 

@ François GARNIER

Archevêque de Cambrai

 

 

avec les membres du conseil épiscopal :

 

Paul LAMOTTE, Jean-Marc BOCQUET, Xavier BRIS, Michel CORDUANT,

Bernard DELEU, Gérard DUHAUBOIS, Michel MASCLET

 

Article publié par Secrétariat DIOCESAIN • Publié Mardi 30 août 2005 • 13726 visites

Actualités de l'Eglise

Méditation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes
Médiation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes.

Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre
Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre.

JMJ 1997 : présentation des Journées mondiales de la Jeunesse, par Mgr Dubost.
JMJ 1997 : Discours d'introduction de Monseigneur Michel Dubost, alors évêque aux Armées.

Documents épiscopat : « Ces églises qui font l’Eglise »
A l’occasion de la sortie de la revue Documents épiscopat : "Ces églises qui font l'église",...

JMJ de Paris : « Cela a donné à l’Église de France une fierté d’être ce qu’elle est »
JMJ de Paris : « Cela a donné à l’Église de France une fierté d’être ce qu’elle est »....

Haut de page