L'Enigme à propos du passage, parmi nous, des reliques de Sainte Thérèse de Lisieux

Edito du 8 février 2007

 

L'Énigme

à propos du passage, parmi nous, des reliques de Sainte Thérèse de Lisieux

 

     "C'est pas tous les jours qu'il y a des embouteillages dans les églises" a dit sœur Françoise. La cause ? Une simple "relique", un simple petit "reste"de Ste Thérèse de Lisieux, et toute une foule qui se dérange et veut la visiter. A  Cambrai comme dans le reste du diocèse, et cela depuis milieu janvier jusqu'au 11 février prochain.

     Je comprends les résistances et les questions sur le "culte des reliques" Excessif, il devient fou et idolâtre. Mesuré, il nous fait rencontrer ceux que l'Église a déclaré saints et saintes parce que leur rencontre nous fait aller bien au-delà d'eux-mêmes; jusque sur "les traces du Christ". [1]

 

     C'est bien ce que savent ceux qui s'approchent des reliques. Je les regarde : ce matin, j'en connais beaucoup. Je devine le poids de souffrances qu'ils portent dans leur propre chair – la maladie ou le handicap grave – ; dans leur cœur – l'épreuve lourde de leurs proches – ;ou dans leur foi – le doute qui ronge et éloigne de Dieu –

     C'est comme s'ils avaient besoin d'appeler au secours cette toute jeune sainte, parce qu'elle a tout connu de leurs souffrances et qu'elle les a traversées dans la foi qui tient, sans douter de la bonté de son Dieu. Alors, ils viennent près de cette jeune fille, morte à vingt quatre ans, après neuf ans de vie carmélitaine ordinaire. Tellement ordinaire que la plupart de ses sœurs ne voient pas quoi en dire lorsqu'elle meurt en 1897 à la suite de très grandes souffrances physiques et morales. Heureusement, elle laisse des écrits qui livrent la richesse de son expérience spirituelle. Aujourd'hui encore, ils parlent au cœur de ceux et celles qui "ploient sous le fardeau" de la vie, et auxquels le Christ pense lorsqu'il s'écrie "Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux savants et de l'avoir révélé aux tout-petits" (Mat 11, 25)

 

     L'image de Ste Thérèse est l'une de celles que l'on trouve dans les églises et les maisons du monde entier : "elle rend Dieu accessible à tous, et en particulier aux pauvres en tout genre, à ceux et celles qui ont peur d'être vaincus par la puissance du mal" [2]

     Madeleine Delbrêl, une autre sainte encore à canoniser, disait de Thérèse qu'elle nous enseigne "que certaines efficacités échappent aux mesures d'horloge, … qu'aux missions en étendue allaient se joindre les missions en épaisseur… , en profondeur ; là où l'esprit de l'homme oscille entre le mystère d'un Dieu qui le veut petit et dépouillé et le mystère du monde qui le veut puissant et grand…"

 

     Merci à nos sœurs carmélites d'en être parmi nous le signe.

 

X François GARNIER

Archevêque de Cambrai

 



 [1] Mgr Claude Dagens. "Sur les traces du Christ" avec Simon Pierre, François d'Assise et Thérèse de Lisieux. Parole et Silence, 2006 – pp 99 et suivantes.

[2] Idem – p 103.

 

Article publié par Secrétariat DIOCESAIN • Publié Jeudi 08 février 2007 • 5003 visites

keyboard_arrow_up