Deuxième opération "UN CADEAU POUR MOI, UN CADEAU POUR LUI"

Edito du 19 octobre 2006

 

Deuxième opération

"UN CADEAU POUR MOI, UN CADEAU POUR LUI"

 

Lettre aux enfants du caté, des écoles catholiques, et de l'ACE (Action Catholique des Enfants).

 

 

     Chers enfants,

 

     L'an passé, à l'approche de Noël, nous vous avons proposé de renoncer à l'un de vos cadeaux pour en offrir le prix, afin qu'un enfant de votre âge, africain ou malgache, puisse aller pendant toute une année à l'école. Beaucoup d'enfants n'y vont pas. Tout simplement parce que leurs parents sont trop pauvres, ou parce qu'ils n'ont plus leurs parents : "enfants des rues" (il y en a des dizaines de milliers dans la seule ville de Kinshasa – 7 millions d'habitants –), "enfants sorciers" (on les a chassés de la maison parce qu'ils ont un handicap et qu'on les croit responsables des malheurs de la famille), "enfants malades du sida", nés comme ça…, ou encore "enfants-soldats", qu'on arme, saoule et drogue pour qu'ils partent en guerre et tuent.

 

     Vous êtes près de 600 à avoir choisi de vous priver d'un cadeau, et c'est près de 22 000 €, le prix de deux voitures neuves, que vous nous avez confiés.

     Ces 22 000 €, nous les avons transmis. Aujourd'hui, nous savons ce qu'ils ont permis. Un seul exemple : il vient du Togo, du diocèse de Dapaong dont l'évêque est l'ami de notre diocèse. Preuves à l'appui, nous savons que 1039 enfants ont été pris en charge, pour tout ou partie de leurs études ! Tous obtiennent cette aide "contre un travail" bénévole, afin de ne pas apprendre à tout recevoir des autres sans rien donner d'eux-mêmes ! Ils ont aidé des personnes âgées ou infirmes dans les travaux des champs ; ils ont planté des arbres pour lutter contre le désert ; ils ont entretenu les pistes abîmées par les pluies ; ils ont élagué les arbres et préparé le bois pour faire la cuisine ; ils ont exploité des champs de maïs et de manioc au profit de leur paroisse ; ils ont nettoyé les cours aux alentours des églises !

 

     Ça vaut le coup de les aider ! Alors on recommence ! On compte sur chacun, chacune de vous ! Nous étions 600… on peut être dix fois plus ! Prévenez vos copains !

 

     Et Noël sera fête plus belle pour vous et pour eux !

 

     De tout cœur,

 

X François GARNIER

Archevêque de Cambrai

 

NB : Dites à vos parents qu'ils peuvent faire pareil que vous !!

Article publié par Secrétariat DIOCESAIN • Publié Jeudi 19 octobre 2006 • 3995 visites

keyboard_arrow_up