Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

"Les saints ? Ils se laissent traverser par la lumière de Dieu".

Edito du 3 novembre 2005

 

"Les saints ? Ils se laissent traverser

par la lumière de Dieu".

Toussaint 2005

 

     Charles de Foucauld ?

     Il n'a pas toujours été saint.

     Il l'est devenu.

     Comme Augustin et François d'Assise, pour ne citer qu'eux !

 

     Charles de Foucauld (1858-1916), que l'Église va enfin déclarer "bienheureux", le 13 novembre prochain, en est un très beau signe.

 

     Orphelin très jeune, il connaît à douze ans – on est en 1870 – l'expulsion de la maison de Strasbourg. Ses études lui font perdre la foi. Vers seize ans, il choisit la carrière militaire : il n'est admis à Saint-Cyr qu'à une place très médiocre. Jeune officier, il est plus fêtard que courageux. Une relation féminine est assez scandaleuse pour qu'il soit renvoyé de l'armée "pour indiscipline" en 1881. Réintégré quelques mois plus tard, il se révèle quand même courageux en Tunisie.

     Il quitte pourtant l'armée : on le retrouve déguisé en juif errant sur les chemins du Maroc dont il dessine la cartographie ; ce qui lui vaut une médaille d'or de la société de géographie de Paris… Mais il est toujours très loin de Dieu.

 

     Et tout bascule : à cause d'une autre femme, sa cousine, Marie de Bondy. Elle lui parle d'un prêtre, l'abbé Huvelin. Elle le décide à le rencontrer : la rencontre est assez brutale. De Foucauld, le fier, s'entend dire : "Confessez-vous" ! Il accepte. L'abbé lui demande : "Êtes-vous à jeun ? Oui ? Allez communier !" Il le fait !

 

     La conversion étonnante de Charles se vit sous la double lumière du sacrement de la Miséricorde et du sacrement de l'Eucharistie .

     Tout peut alors recommencer pour lui… et pour nous ! Un avenir inimaginable s'ouvre à qui sait dire merci à ce Dieu qui pardonne ; un avenir inimaginable s'ouvre à celui qui sait qu'il pourra toujours redire merci à ce Dieu unique qui repardonne !

 

     Un jour, une petite fille a dit, en regardant des vitraux éclatant de lumière qui  représentaient des saints : "Les saints, ils se laissent traverser par la lumière de Dieu" !!!

 

     Une fois de plus, la petite fille a tout dit, en mots simples ; elle l'a dit mieux que tous les théologiens compliqués.

 

 

X François GARNIER

Archevêque de Cambrai

Article publié par Secrétariat DIOCESAIN • Publié Jeudi 03 nov 2005 • 3189 visites

Actualités de l'Eglise

Méditation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes
Médiation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes.

Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre
Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre.

JMJ 1997 : présentation des Journées mondiales de la Jeunesse, par Mgr Dubost.
JMJ 1997 : Discours d'introduction de Monseigneur Michel Dubost, alors évêque aux Armées.

Documents épiscopat : « Ces églises qui font l’Eglise »
A l’occasion de la sortie de la revue Documents épiscopat : "Ces églises qui font l'église",...

JMJ de Paris : « Cela a donné à l’Église de France une fierté d’être ce qu’elle est »
JMJ de Paris : « Cela a donné à l’Église de France une fierté d’être ce qu’elle est »....

Haut de page