Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

François

 

 

François !

François tout court !

François tout simplement !

 

Le Saint Père a donc choisi ce prénom, ce prénom qui chante la création, ce prénom qui chante l'urgence d'annoncer l'Évangile dans le monde tel qu'il est, ce prénom qui chante l'urgence de vivre en frères tout simplement, ce prénom qui chante enfin la fidélité gardée intacte pour le Christ à l'heure des pires souffrances physiques et spirituelles : Dieu sait que François les a toutes connues.

 

Ce que l'on ignore souvent, c'est que le grand saint d'Assise fut baptisé sous le prénom de Jean. François ne fut qu'un surnom, un sobriquet, que ses parents lui donnèrent à cause de l'amour qu'ils avaient de notre pays, pays des grands drapiers visités par son père et des troubadours admirés par sa mère. C'est ainsi que Jean devint pour tous les habitants d'Assise le petit "François", le petit "français".

 

Mais revenons à l'essentiel : chanter la création, prêcher aux oiseaux – ah la superbe pièce de piano de Franz Liszt –,  transformer un méchant loup en compagnon de route, ne pas cesser d'annoncer l'Évangile parce qu'il est vraiment l'unique Bonne Nouvelle qui résiste au temps et qui change la vie, aimer les frères aussi insupportables soient-ils – et là encore Dieu sait qu'Elie de Cortone à qui fut confié l'ordre grandissant était à peu près le contraire de François -, garder la joie parfaite à l'heure des pires épreuves en pensant à celles plus grandes que connut le Christ, et conclure à l'heure de la mort le Cantique des Cantiques avec deux paragraphes superbes : "Loué sois-tu Monseigneur pour ceux qui se pardonnent" : c'est ainsi que François obtint la réconciliation entre l'évêque d'Assise et le podestat, c'est à dire le maire ; et encore "Loué sois-tu Monseigneur pour notre sœur la mort corporelle"…, c'était la veille de sa mort le 3 octobre 1226.

 

Que le Saint Père au beau nom de François nous guide sur tous les chemins d'Assise… C'était ma prière à l'heure où le timide argentin nous suppliait de faire silence et de prier pour lui.

 

X François Garnier

Archevêque de Cambrai

Article publié par Cathocambrai • Publié Lundi 01 avril 2013 - 09h31 • 1828 visites

Haut de page