Le courage et la colère

Edito du 6 novembre 2008

 

     J'ai sous les yeux mon papier griffonné et relis les quelques notes d'une conférence que je n'oublierai pas.[1]

 

     « Pendant vingt ans, comme journaliste au "Monde", j'ai traversé toutes les catastrophes du monde. Au journal, on disait, "ça, c'est pour Guillebaud"… Aujourd'hui, on me demande souvent : "Après tant d'horreurs rencontrées, comment faites-vous pour rester optimiste ?", et je réponds toujours : pendant vingt ans, dans les situations les pires, j'ai toujours trouvé des gens debout, qui refusaient d'être résignés… ils sont pour moi l'incarnation de l'espérance ! "…

 

… "Nous devons l'espérance aux prophètes juifs ! Six ou sept siècles avant le Christ, ils ont dit une parole subversive : "le temps n'est pas circulaire, il est orienté. Le temps circulaire, c'est celui des résignés : il n'y a rien à faire pour changer le cours du temps. Le temps linéaire, c'est celui des hommes et des femmes qui savent qu'il n'y a pas d'autre destin que celui que nous choisissons et qu'il ne faut pas abandonner le monde aux méchants…"

 

"Saint Augustin a écrit : "l'Espérance a fait deux très beaux enfants, le courage et la colère…" J'ai la colère quand j'entends tous les discours de la résignation et de la démission… ceux qui découragent le monde avec leur désespérance… ceux qui ne sortent pas du discours de l'angoisse et de la catastrophe ; tous ces discours manipulateurs faux…"

 

"Oui, il y a encore des drames ; nous les voyons tous et très vite ; mais mettez deux planisphères côte à côte, celle des années soixante dix et celle d'aujourd'hui ; et vous verrez d'énormes progrès : l'Amérique du Sud n'est plus le domaine des révolutionnaires ou des colonels fous ; plus proche de nous, l'empire communiste s'est effondré ; quant à l'Afrique, elle n'avance que lentement, mais elle avance…"

 

"Oui, la mondialisation a des effets destructeurs ; mais celui qui voyage en Inde voit qu'en trente ou quarante ans s'est levée une classe moyenne de 350 millions d'Indiens. Que dans le même temps, 500 millions d'hommes, de femmes et d'enfants sont sortis de l'extrême pauvreté ! "…

 

"Oui, il y a encore des conflits sanglants, et chaque mort est un drame, chaque mort est de trop. Mais ce que la télévision ne dit jamais, c'est que l'intensité des violences a diminué depuis vingt ans : par exemple, la guerre en Irak dure depuis bientôt six ans : elle a tué 4000 GI et fait 30 000 blessés. Celle du Vietnam a duré sept ans : elle a tué 58 000 GI et fait 200 000 blessés…"

 

"Oui, le terrorisme fait peur, surtout depuis le 11 septembre 2001. Pas question de minimiser l'horreur de qui se fait exploser au milieu d'innocents. Mais se rend-on compte que les discours qui affolent font le jeu des terroristes, qu'ils n'attendent que cela ? C'est en dramatisant le terrorisme, qu'on le rend efficace ! "…

 

"Je suis colère contre les résignés, contre ceux qui ne croient plus qu'un autre monde est possible grâce à eux et que l'on peut échapper à la fatalité ; je suis colère devant ceux qui sont l'après-midi consommateurs et le soir téléspectateurs…"

"Un moine orthodoxe du Mont Athos a dit : "Tiens ton esprit en enfer, mais ne désespère pas…" »

 

     Je lis et relis mon papier griffonné. Et je rends grâce pour tous ceux et celles que je rencontre au cours de la visite pastorale dans le Denaisis, cette part du diocèse qui a été matraquée en 1978 par le chômage brutal de quelques 20 000 métallurgistes en une nuit : ils font face, ils projettent, ils réalisent, ils reconstruisent, sans tenir les discours pleureurs, aussi faciles qu'inefficaces. Et je prie pour que dans les épreuves réelles de notre Église, nous demandions pardon au Christ pour le péché qu'est la désespérance qui désespère les autres. Heureusement, elle ne l'a jamais emporté en Lui, même aux heures de Gethsémani ou du Golgotha. Heureusement, elle ne l'a jamais emporté dans la vie de ceux et celles qui puisent leur courage et leurs saintes colères en Lui : une sœur Emmanuelle par exemple.

 

 

X François GARNIER

Archevêque de Cambrai



[1] Conférence de Jean-Claude Guillebaud "Dis-moi ton Espérance" le 23 octobre 2008 à Lille.

Article publié par Secrétariat DIOCESAIN • Publié le Lundi 10 novembre 2008 • 4646 visites

keyboard_arrow_up